Retour en haut
Site Bars en Trans
vendredi 4 décembre 2015 / 17 h 26 min

baffe

On m’a souvent dit de ne pas mêler vie personnelle et professionnelle, certains osent même dire « jamais »! Il faut pouvoir éviter toute source de trouble à ses objectifs, tout obstacle à la réussite professionnelle. En théorie.

Car, en pratique, vous l’aurez compris c’est plus compliqué.

Hier soir, je prends la route pour ma deuxième mission, concentré sur mon « chouette » objectif, bravant la foule déjà en pleine débauche d’énergie festive … jusqu’à ma rencontre fortuite mais fort agréable avec un vieil ami costarmoricain. Sans m’en rendre compte, en l’espace d’un instant me voilà installé dans un bar, bière à la main… oups, et ma mission?  Quelques instants de remise en question, lorsque démarrent les premiers riffs d’un groupe de rock! C’est bon on est dans le thème, nan? Le groupe semble s’être récemment formé mais c’est cool, en plus il y a un clavier, parce que moi j’aime le clavier, vraiment! Ma critique musicale va bientôt s’arrêter, le chanteur nous explique entre 2 chansons qu’ils hésitent entre 3 noms pour le groupe, les votes du public sont partagés quand soudain, me voilà sur le cul, au sens propre. Un ours a violemment investi mon espace, débarquant de nul part une rose dans une patte, un verre de double whisky cola dans l’autre. Une fois relevé, j’assiste à une de ces scènes typique de comptoir : il déclare sa flamme (apparemment aussi forte que sa corpulence) à une pauvre demoiselle. Le refus aura été tout aussi imposant, laissant notre ours mal léché face à son destin nocturne : s’enfuir dans le calme ou rester là et faire chier tout le monde. Je vous laisse deviner sa décision !

En tout cas, ca faisait longtemps que je n’avai pas observé autant de personnes se rassembler si vite, si fort autour d’un même objectif commun : chasser cet ours clairement pas adapté à la vie en société ! Résultat, cette chasse à l’ours et ce temps partagé entre amis furent très rigolos, mais il est déjà minuit et je dois bien avouer ma faute, pour espérer être pardonnable, car je dois l’avouer, hier soir j’ai péché … au bateau ivre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.