Retour en haut
Site Bars en Trans
vendredi 4 décembre 2015 / 4 h 25 min
Princess Catharina-Amalia, daughter of Netherlands' Crown Prince Willem Alexander and Princess Maxima, blows an orange vuvuzela during a photo call in the gardens of De Horsten in Wassenaar July 5, 2010. REUTERS/Robin van Lonkhuijsen/United Photos (NE RLANDS - Tags: IMAGES OF THE DAY ROYALS)

Nous avons toujours pour ambition de vous faire progresser et d’étendre vos connaissances à l’infini par le truchement de ce blog. Ce n’est pas une tâche aisée, mais qui ne tente rien n’a rien. L’objet de cet article portera donc sur les nouvelles formes de vocabulaire en vogue chez les individus de moins de 25ans. Si vous êtes plus agés ne lâchez pas le fil tout de suite, c’est à cela que l’on reconnait un vieux.

Ce novlangue déploie tout son potentiel dans les milieux branchés dont les concerts font allègrement partie, ce soir nous avons donc eu un parfait exemple de tribu normcore incarnée par le groupe Cléa Vincent. Une savoureuse électro-pop que l’on pourrait qualifier de FreshyFresh ! Car le novlangue permet les pirouettes les plus aberrantes. En tout cas ils possèdent une reprise du tube « Sous le vent » de Garou et Céline Dion, tout à fait personnelle. La chanteuse arborait un t-shirt orange plissé et un super short taille haute, tout cela sur la magnifique moquette du bar la Place : du plus bel effet. La décontraction voire la nonchalance caractérise les normcores, en l’occurrence le groupe saluait ouvertement toutes leurs connaissances dans la salle : « Hey salut Jérémy! ». Des gens sympas en somme. A un moment, j’ai même cru au miracle, la chanteuse a entamé un solo de clavier aux accents de Supertramp, et puis en réalité ce n’était qu’un interlude de 30 secondes à peine. J’étais tellement désappointée que je suis partie, sans demander mon reste. Alors passons donc à une nouvelle catégorie, le dark clubber; bien que cela semble être un non sens ce specimen existe et Gordon est un de ses fervents représentants. Avec ces énergumènes on ne sait pas réellement sur quel pied danser, tantôt sensuel et planant et tantôt rempli de turbulences ethniques. Certainement embarrassé par cette schyzophrénie, le Dj a coupé court à son tiraillement intérieur et à feint un arrêt inopiné de son ordinateur durant 30 secondes….Comme par hasard ! Et pour mettre tout le monde d’accord, dont lui, il a balancé une grosse techno, incorrigible clubber. J’en avais plein les oreilles, et une nana dégoutée de son jägger bomb, l’a recraché en grande partie sur mon manteau; abusé ! Finissons donc avec la crème de la crème, les héros de la formule, les gars du hip hop fan du vuvuzela. Les mecs de Espiiem nous ont ambiancé un max et ont proposé 30 secondes de bordel pour les attentats du 13 novembre, et ça c’était sympa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.