Retour en haut
Site Bars en Trans
samedi 6 décembre 2014 / 5 h 23 min

Ambiance post-concert, vient le temps où les interviews sont un poil coton, si on veut garder à l’esprit de ne pas faire chi** l’artiste. Mais allons-y, il va fumer une clope, je tente ma chance. Par chance, il a besoin de feu, VAMOS !!!

Quelques questions d’une bêtise très puissante !

1. Et alors la route pas trop relou ? Le public t’as bien reçu ?

Remo : Après 8h de route, et un pneu crevé, on a été super bien reçu. Les gens ont été supers, mais surtout très réceptifs.

2. (A ce moment, dans la tête du blogueur, tu te dis, zut (en fait m**de), ce mec à l’air bien cool, j’vais tenter de le pousser dans ses retranchements). Restons dans l’ambiance post-concert. Après ton concert, un cocktail ?

Remo : Un bon wiskhy Coca, dédicace à Samy !

Quid de ce Samy ? De nombreuses questions restent ouvertes ? Est-ce une métaphore sur Samy Naceri dans Taxi ???

3. Bon revenons à ta musique, parce que c’est un peu l’excuse principale de notre conversation… Perso, je trouve que ta musique est très imagée. Si on fouille un peu dans ton univers, on trouve des mots clefs pour chacun de tes titres. Tu aimerais faire de ta musique la BO de quel film ?

Remo : Solaris ou encore Shining, les longs plans séquences et intenses sont mes préférés. Mais j’adorerais travailler avec des réalisateurs.

4. Ok on a le synopsis, mais maintenant place au casting. Tu auras besoin d’un acteur représentatif pour porter ta musique ?

Remo : J’aime bien les acteurs russes …

5. Du genre Poutine ?

Remo : Pourquoi pas, surtout quand il fait du cheval torse-nu …

6. Bon ok, on a été au maximum de l’interview. La clope se finissant, je tente de lâcher la dernière question la plus complexe de la conversation. Et Rennes en un seul mot ?

Remo : Convivialité ! Je connais bien Lille, il y a une super ambiance et je pense que Rennes-Lille même combat.

Tirons un bilan de cette interview très consensuelle… Plus que la création d’une ligne TGV Lille-Rennes en 2h, tout ceci semble obscur. En fait, discuter avec un artiste (admettons-le qui t’impressionne [Captain groupie dans la place]), reste une discussion super incongrue entre deux bières ou deux clopes. Mais surtout c’est une conversation de gens qui se rencontrent et qui divaguent autour d’une petite mousse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.