Retour en haut
Site Bars en Trans
samedi 6 décembre 2014 / 17 h 45 min

Après un concert qui a fait vibrer plus d’un tavernier, j’aperçois un petit bout de femme traversant la foule avec une boite de disques. Mais c’est elle, Billie Brelok discutant avec une fan qui présentait un sourire jusqu’aux oreilles. J’attends sagement la fin de la discussion, puis je me rue vers elle !

1- Salut, alors tu pourrais me faire un petit topo de ton concert au Backstage ?

Billie Brelok : La scène était chouette, en mode bar mais on a joué sur un balcon.

2- Et tu penses que les spectateurs étaient spécialement pour toi ? Ou juste que tu jouais dans leur bar préféré ?

Billie Brelok : Avouons-le, c’est encore rare les gens qui s’intéressent à mon travail. Je suis justement là pour faire découvrir mon travail. Les gens se baladent de bar en bar, c’est ça qui est cool. Il y a la dimension apéro, les gens viennent surtout découvrir des groupes.

3- Qu’est-ce qui t’a plu dans la relation avec les gens ce soir ?

Billie Brelok : Le public est venu me donner du temps, ma chance, j’essaye de m’appliquer dans mes textes.

4 – Justement, en parlant de tes chansons, à l’écoute de quelques minutes de ton concert, on comprend vite que tes textes sont engagés, je me trompe ?

Billie Brelok : Pas du tout, par exemple, dans une de mes chansons (Conga Nova), je parle de Cara Malca. Une région au Pérou où une mine d’or a été découverte, et l’exploitation de cette mine justifie qu’on empoisonne le paysage et les gens.

5 – Tu veux leur donner un porte-voix ?

Billie Brelok : C’est eux qui me donnent la parole.

6- Bars en Trans en un seul mot ?

Billie Brelok : Découverte, une première en Bretagne et pourquoi pas pour une fois jouer le rôle de spectateur.

7 – (Cette interview devenant bien trop studieuse, je me lance dans LA question du moment.) Je te préviens petite question pourrie… Bientôt Noël, petite lettre au Père Noël pour ta future carrière ?

Billie Brelok : Qu’il s’occupe des autres, moi ça va. Ce qu’il faut, c’est du travail, j’attends rien du sapin.

Sur ces mots, je laisse l’artiste profiter de sa pause bien méritée. Au final, ce petit papa Noël peut retourner avec son traîneau faire le tour des Bars en Trans, Billie Brelok fera sa place sans lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.