Retour en haut
Site Bars en Trans
samedi 7 décembre 2013 / 15 h 00 min

Rennes, Ô Rennes !

Fourmilière de béton et de colombages, cité grouillante animée par cette jeunesse sautillante venue des quatre coins de l’hexagone s’initier à l’alcoolisme et à ses bienfaits, véritable centre de formation à échelle métropolitaine de la biture et pépinière de talents éthyliques ! Ville attirante de par son charme armoricain qui la rend si singulière, et repoussante à certains égards par ce qu’elle représente : la ville monstrueuse et tentaculaire, siège des excès les plus débilitants et des vices les plus infâmes.

Oui, je sais, on va encore me reprocher de faire mon péquenaud de service : que va-t-il encore nous brouter les balloches avec ses plaintes de bouseux, l’autre vieux con de plouc, vous dites-vous négligemment (a-t-on idée d’être aussi vulgaire ? Vous devriez avoir honte).

Vous n’avez pas tout à fait tort, je dois l’admettre. Mais que voulez-vous, je suis la minorité visible d’un groupe de blogueurs parisiens qui voudrait légitimer son intervention numérique en capitale bretonne. Le Morbihan, la Lande de Lanvaux, la beauté rustique des ruraux buveurs de Chouchen, le travail de la terre, bref, la vie « comme au vingtième siècle ». C’est tout cela qu’ils sont venus chercher en m’engageant. Alors vous comprenez, j’ai des prérogatives, je dois faire le boulot. Et puis merde, y’a quand même mon sang sur ce putain de contrat.

Bon, rentrons dans le vif du sujet, taillons dans le gras comme dirait Maïté, parlons donc de la ville et de ses secrets.

Pour commencer, et j’espère que Shakespeare daignera me pardonner de le paraphraser ainsi – seuls les rosbifs savent encore poser les questions avec une telle intensité, dans toute leur profondeur abyssale – en posant cette fameuse question qui brûle les lèvres de tout en chacun depuis le début de ce blog, la seule et unique question qui mérite d’être posée  :

« What the fuck is the matter with Yves Duteil ? »

Duduteil 5

Parce qu’Yves Duteil est un type formidable. C’est un peu notre ami à tous, le compagnon de route des petits enfants, le Henri Dès intergénérationnel, l’archétype du boy-scout niais qui emporte son feu-de-camp partout avec lui, le Ricka Zaraï du camping dans les bois. Il sait nous soulager des morpions qui gambadent dans nos cordes, il sait créer le lien entre les rives inexistantes de la rivière desséchée de nos existences, il sait s’acoquiner avec des bambins joueurs et naïfs. Oui, Yves sait faire tout cela ! Mais peut-on aller jusqu’à dire qu’il est « Compétant » ? Où tout cela n’est-il que manipulation et complot fomenté par un esprit malade dans le seul but de souiller la réputation du seul chanteur qui a su élever la balade populaire au rang d’art ?

Sincèrement, je me pose la question chaque matin. Mais what the putain de fuck !?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.